S'écouter, créer

A chaque instant, demain se crée. Apaisement, renaissance, régénération sont des créations. Elles découlent de l'état d'esprit. Y porter attention c'est du bon sens, mais comment ?

S'écouter, créer

Comment trouver une alternative à Netflix ?

Uncategorized

(et aux autres info toutes prêtes à ressentir, fast à penser dont débordent les écrans en tous genres).

Si l’isolement physique suggère l’isolement mental (replis sur soi induit par un sentiment d’impuissance, de colère, d’anxiété, …), l’association n’est pourtant pas indispensable.

Voulez-vous faire partie des personnes dont la situation d’isolement éveillera la force de l’esprit ? Une force intérieure qui permet de garder (ou de retrouver) son cap et de mettre son énergie à construire l’avenir plutôt qu’à le craindre… Seulement pour faire cela, il est utile de sortir des habitudes (rentrer, se mettre une série ou un film et comater devant… avec le tel et les réseaux à portée de main) – et avec au moins autant de régularité, porter attention à ses propres films internes qui tournent en automatique. Au moins faire tourner des histoires qui élèvent – pas qui attristent ou coupent les jambes, non ?

C’est important pour chacun de nous car ce monde que nous partageons est notre création collective. Ce que nous y faisons nous-mêmes compte pour ceux qui nous sont proches. Et de proches en proches, comme les amples élongations circulaires des ondes sur l’eau, compte pour tous.

Alors pour alimenter notre propre capacité à investir de monde et son devenir, on a besoin d’alternatives à Netflix. Ici, vous en trouverez une. Pour canaliser votre attention – et votre force mentale qui la suit. Vous pouvez aller directement en bas de l’article et trouver le lien qui conduit à se donner accès à une expérience de cette alternative. Vous pouvez aussi lire ce qui suit, avec quelques explications utiles.

Pourquoi c’est important de reprendre le pouvoir sur son attention et savoir de la canaliser ?

Prenez une personne face au diabète. Elle va chez le médecin, en qui elle a confiance pour s’occuper de sa santé. Imaginez maintenant que cette personne prenne tout les médicaments que le médecin lui indique pour guérir. Tout, tout bien comme prescrit. Et puis le soir, hop elle englouti un paquet de sucettes… Est-ce que ça marcherait dans le sens de ce qu’elle espère pour son avenir : guérir ? Ou au moins ne pas devenir plus malade.

Eh bien c’est ce que l’on fait quand on regarde Netflix alors que l’on veut un avenir plein d’accomplissements heureux. Oui, car comme nous avons une santé, une force et une forme physique, nous avons une force mentale, une forme et une santé mentale. Quand on se trouve face à l’anxiété ou à la déprime, on court voir un psy – ou une copine à l’oreille patiente ou on ballade un chien silencieux au poil soyeux ou on se réfugie auprès de l’arbre en haut du parc… et le soir, hop on se gave de séries, de vidéos en chaîne, d’émissions de divertissement qui captivent notre esprit jusqu’à ce que sommeil s’en suive.

On soigne sa santé (autant que faire se peut), mais que fait-on pour entretenir sa force mentale et pour sculpter sa forme mentale ?

La force mentale, c’est ce qui nous permet de choisir. Ce n’est pas rien. C’est simplement ce qui va faire que dans six mois vous serez toujours devant Netflix ou en train de vivre ce pour quoi vous êtes fait(e). C’est ce qui fait qu’au lieu de craquer pour un 4ème verre de blanc (et se promettre le lendemain que plus jamais… en remettant ça le soir suivant), on s’arrête au second (ça marche pareil avec le chocolat ou le lexomil). La forme mentale, la manière même dont on pense et ressent. Et ça se change très bien, quand on comprend 1/ que l’on peut le faire et 2/ que l’on sait comment le faire !

Scientifiquement, changer des habitudes de penser, de ressentir et donc d’agir, c’est utiliser de nouveaux chemins neuronaux. Pour cela, il faut les créer A/ en vivant de nouvelles expériences permettant de les établir. On peut les vivre physiquement. On peut aussi les vivre par l’imagination dans certaines conditions cérébrales, puisque le cerveau ne fait pas de différence entre une expérience tangible et une expérience intangible – il déclenche la même physiologie. C’est ce qui fait que vous avez la gorge qui se sèche devant Netflix quand le héro est suspendu à un fil au dessus d’un marécage de crocodiles… un fil qui commence à se rompre. B/ la recherche récente a montré que l’on peut aussi créer de nouvelles connexions neuronales simplement en se mettant dans un état cérébral thêta.

Aille, nous y voila. Hypnose, états modifiés de la conscience, tout ça c’est pas pour moi ! Hum… minute papillon. De la même manière qu’il ne viendrait à l’idée d’aucun musicien de dire que la « La » est un « Do » modifié, il n’y a aucune raison de dire que les fréquences cérébrales thêta sont des fréquences bêta modifiées.

Vous le savez, dans un cerveau vivant les neurones sont le siège de mouvements de particules chargées, sujets de micro-courants. Ce phénomène électrique cérébral rythmique chez l’être humain est classé selon diverses fréquences ; elles sont présentes dans l’ensemble du règne animal. Oscillatoires, elles sont modulées par les informations que l’on capte avec les sens et apparaissent lorsque s’activent les réseaux corticaux où l’on les enregistre.

Les fréquences de ces ondes correspond à des états de la conscience – et à un focus de l’attention sur les informations arrivant des 5 sens plus ou moins prédominant. Autrement dit, chacun des états en correspondance avec une gamme de fréquences sont des aptitudes de notre conscience – et, en théorie, à une variation de l’intensité d’interaction entre notre attention et la sphère physique de notre existence.

Nous acquérons ces aptitudes à mesure que nos réseaux neuronaux se déploient : lorsqu’il vient au monde, de 0 à 3 ans, le bébé humain est doté d’un cerveau qui n’est parcouru que par les ondes delta (sommeil) et thêta – et jusqu’à 7/8 ans, que de l’alpha basses fréquences. Est-il pour autant en état de conscience modifié ? Non, il est simplement dans un autre état que la veille légèrement en alerte dans laquelle nous sommes habitués à nous plonger pour les activités intellectuelles analytiques.

Si l’on avait en permanence un casque d’électroencéphalographie (ou EEG) mesurant l’activité électrique de nos cerveaux, il serait possible de voir que l’on expérimente divers états de conscience. Ils changent de multiples fois par jour ; chacun correspond à des ondes cérébrales différentes dans la gamme des fréquences comme les notes dans la gamme musicale. Il existe de nombreuses techniques pour passer d’un état à un autre d’une manière volontaire. Quand on crée par exemple, notre cerveau utilise toutes les fréquences, avec une préférence pour le thêta lorsqu’on est absorbé en état de créativité profonde. Et créer, ce n’est pas un truc dans un silo à part ; c’est simplement proposer une alternative. Vous le faites sans y penser, n’est-ce pas ? Pareil donc pour ce que l’on appelle hypnose et qui est juste une aptitude de notre attention, de notre conscience – une, parmi d’autres.

Or devant un écran, le cerveau s’active aussi en fréquence thêta (et alpha basse fréquence) ; la différence, c’est que les informations que nous absorbons sans aucun filtre, les expériences que nous intégrons passivement sans porter attention à leurs impacts dans nos habitudes de vie ne correspondent pas forcément avec nos réelles aspirations. On se colle là parce que l’on n’a pas de force mentale pour faire autrement. LA question, c’est que ce qui nous amène à ne plus avoir de force mentale, on ne peut pas le changer de cette façon non plus. Et nous voila dans un tourniquet, une impasse… pleine de rebondissements fictifs (mais une impasse quand même).

Reprendre ce pouvoir et l’utiliser à (votre) bon escient, ça vous dit ? D’autant que la recherche a montré depuis 5 ans, que la pensée fonctionne en mode quantique. Nos états de l’esprit qui apparaissent si mouvants et pleins de mystères deviennent tout d’un coup limpides lorsque l’on envisage que ce sont des états quantiques : vous pouvez avoir tous les états à la fois. Dans cette perspective, il est d’autant plus utile d’entrainer sa force mentale en faisant l’expérience des meilleurs choix possibles.

Ceci dit, une fois que l’on a créé les nouveaux chemins neuronaux, il faut les utiliser ! Sinon, c’est comme si vous aviez des germes – mais que vous ne les arrosez pas. Oui parce que le cerveau démonte automatiquement les liaisons non utilisées. Vous me suivez ? Donc, on en crée de nouvelles, on les utilise – bingo : le cerveau démonte les anciennes, celles qui justement nous amenaient vers ce devenir sans un gramme d’âme et conscience. Et si on intégrait cette connaissance dans nos habitudes de vie : qu’est-ce qu’on ferait de différent pour réellement réinventer ce que l’on vit, dans le sens de notre liberté, de ce qui nous tient vraiment à cœur ? Même si parfois, ça commence déjà en se posant la question.

En s’inscrivant investissement ici, maintenant, ensemble, on (re)trouve la force et la forme mentale, de telle sorte que dans 6 semaines – et à fortiori dans 6 mois – il arrive de belles nouvelles choses dans la vie, autrement plus motivantes que la saison 186 d’une hypnotisante série Netflix !

C’est simple : ici, c’est votre voix que vous écoutez et qui vous guide vers ce devenir où vous êtes pleinement vivant(e), celui dont peut-être vous n’osez même pas, même plus rêver. Plus utile que de continuer à se projeter dans un personnage de fiction ou de se perdre dans le monde (tout sauf vivant) des emoji, non ?

« dEar », 85 €/ mois, 165 €/ trimestre ou 440 €/ an* via Paypal > ou Lydia > Abonnement mensuel : 1 audio enregistré et sa transcription à enregistrer par soi-même + un suivi personnalisé. Dès le règlement effectué, envoyez-nous directement au 06 46 75 70 17 le sujet ABONNEMENT (+ le nom auquel le règlement a été effectué + le nom, prénom et date de naissance de l’abonné + le mail où vous souhaitez recevoir l’abonnement). Vous voulez en savoir plus avant de vous abonner ? Réservez une conversation de découverte, 20 min gratuites, en envoyant un message ici ou par sms.

NB : Tous nos services sont personnalisés et nous apprécions de recevoir de vos nouvelles après l’écoute du mois !

*vous pouvez aussi régler par chèque en l’envoyant à cette adresse. 1 mois, 85 € > 3 mois, 165 € > 1 an, 440 € (payables en une fois, 2 ou 4x sans frais).

2 Comments on “Comment trouver une alternative à Netflix ?”

  1. Génial
    La situation nous oblige à réfléchir autrement et avec nous mêmes
    Partante pour tenter l expérience
    Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + neuf =