Living fab de la création

Prends en main ta capacité à créer. Recrée différemment sans perdre de temps à combattre. Tu veux lever le blocage, sortir des répétitions de ce qui ne va vraiment plus ? Fonde et déploye pleinement ton système de transformation qui te transformera en source inépuisable d'avancée et de création florissante, florissant ton milieu. Donnes-toi le cadre, les connaissances et la constance pour le réaliser. On t'apprend à changer, régénérer à volonté espace, énergie, réaction, relation, situation, activité – réinventer dans l’art, la recherche, l’entreprenariat, la tech, l’éducation, pour le plaisir de donner vie à un rêve. Et le tien ? #presenceinitiative #connexionvivante #ecologieintegrée #cocreationculture

Le cerveau reptilien, un mythe urbain

Uncategorized

Une fois n’est pas coutume, cette page est la traduction d’un article de Sarah McKay PhD en neurosciences.

Après de longues années de recherche aux États-Unis, aujourd’hui depuis son Australie natale elle se consacre à la médiation scientifique des plus récentes avancées de ce vaste domaine.

A l’appui des études contemporaines de pointe, elle rappelle à quel point nous sommes plus créateurs que ce que nos représentations mentales veulent bien nous l’accorder.

NB si je commente de-ci delà, mes ajouts seront en italique, de même que les citations (italiques et entre guillemets). Et si vous n’avez pas envie de lire, le podcast est juste ici. Allez, c’est parti 😉

Avez-vous remarqué que le cerveau reptilien se cache dans les pages des livres d’auto-assistance, des discours d’encouragement au leadership, des présentations de vente et de marketing, des postes d’Instagram des coachs de vie et même des manuels de psychologie ?

« Les lézards ne peuvent pas être des leaders ! « 
« Stimulez le cerveau reptilien de votre client pour qu’il fasse une vente. »
« Le cerveau reptilien et comment il peut empêcher votre enfant d’apprendre. »
« Le cerveau reptilien a le pouvoir de bloquer la thérapie. »

Les deux endroits où vous trouverez rarement un cerveau de lézard se cachent dans les pages des manuels de neuroscience contemporaine ou ceux de biologie évolutionniste.

Pourquoi ?

Parce que le concept est largement discrédité par les neuroscientifiques et les biologistes évolutionnistes : le modèle est dépassé et ne repose pas sur la science contemporaine.

Origines du mythe du cerveau reptilien

Le concept du « cerveau triunique » ou « cerveau reptilien/liard » a été proposé dans les années 1960 par le neuroscientifique Paul Maclean. Ce dernier a suggéré que le cerveau humain était divisé en trois couches, arguant que chacune aurait émergé successivement au cours de l’évolution.

La plus ancienne, le « cerveau reptilien » ou « r-complexe », contrôlerait des fonctions de base telles que la respiration, la température du corps et le rythme cardiaque.

Ensuite, le système limbique contrôlerait les réponses émotionnelles.

Enfin, le cortex cérébral contrôlerait le langage et la raison.

Bien que McLean ait initialement qualifié les ganglions basaux de cerveau reptilien, Dr McKay a vu l’expression utilisée pour décrire ou étiqueter presque toutes les structures cérébrales, à l’exception du cortex préfrontal !

Voici quelques exemples d’utilisation de cette expression pour désigner le cortex préfrontal :

  • tronc cérébral et cervelet,
  • hypothalamus,
  • amygdale,
  • et une structure au milieu du cerveau qui est peut-être le thalamus.

Il est largement utilisé par les thérapeutes, les entraîneurs et les « gourous » pour expliquer le comportement humain et, le plus souvent, pour décrire notre réaction aux menaces par des réponses de « combat ou de fuite », de paralysie ou de soumission.

Ce modèle plaît particulièrement aux psychothérapeutes car il semble donner une crédibilité biologique à la théorie de la personnalité de Freud, le Ça, l’Égo et le Surmoi étant clairement représentés dans les cerveaux reptilien, limbique et cortical.

Elle est également utilisée pour expliquer l’irrationalité du comportement humain, où les émotions dominent la pensée rationnelle ou la logique. En fait, MacLean a appelé le système limbique le « complexe paléo-mammifère » et l’a chargé des émotions et du « combat ou de la fuite ».

Ce manque total de cohérence, de flou et de confusion est peut-être un indice que c’est un concept descripteur plutôt inutile !

Notre cerveau n’a pas évolué à partir de lézards

Un article récent, au titre divertissant, intitulé « Votre cerveau n’est pas un oignon avec un petit reptile à l’intérieur« , publié dans le Current Directions in Psychological Science, aborde les nombreux problèmes liés au modèle du cerveau reptilien et exhorte les gens à « abandonner cette vision erronée du cerveau humain« .

Du point de vue de la biologie de l’évolution (et non de l’expertise de Dr McKay), les auteurs affirment que l’idée de cerveau trinitaire « contraste avec l’accord clair et unanime sur ces questions parmi ceux qui étudient l’évolution des systèmes nerveux« .

Du point de vue de l’évolution, ils notent trois problèmes majeurs avec le modèle du cerveau trinitaire.

Premièrement, il implique que l’évolution est une progression linéaire, un organisme évoluant vers le suivant : lézards > souris > singes > humains

Et en même temps, des couches de cerveau plus complexes sont ajoutées aux couches préexistantes.

C’est une erreur !

Les mammifères n’ont pas évolué à partir des reptiles. Les mammifères et les reptiles partagent un ancêtre commun, semblable aux poissons.

« (…) La vision correcte de l’évolution est que les animaux rayonnaient d’ancêtres communs. Au sein de ces radiations, des systèmes nerveux complexes et des capacités cognitives sophistiquées ont évolué de façon indépendante à de nombreuses reprises. »

Deuxièmement, le cortex cérébral n’est pas unique aux mammifères car les reptiles, les poissons et les oiseaux en ont aussi un.

Troisièmement, le cerveau n’a pas évolué avec des couches plus sophistiquées construites sur des couches plus simples.

« La notion de couches ajoutées à des structures existantes au cours de l’évolution à mesure que les espèces devenaient plus complexes est tout simplement incorrecte« .

Les émotions ne sont pas pré-câblées, nous les construisons

Du point de vue des neurosciences, l’analogie du cerveau reptilien s’effondre complètement lorsque nous considérons notre compréhension actuelle de la neurobiologie des émotions et du comportement.

En 2020, la plupart des neuroscientifiques ne soutiennent plus l’idée que nos vies sont régies par des instincts câblés qui se déploient automatiquement en réponse à des déclencheurs particuliers avec certaines émotions accompagnées d’une expression faciale et d’une sensation physique spécifiques.

Cette vision dite « classique » des émotions perd de sa popularité à mesure que nous en apprenons davantage sur le fonctionnement du cerveau, sur la façon dont les humains apprennent et sur la conscience.

Au lieu de cela, les preuves indiquent une théorie de « l’émotion construite ».

Selon cette théorie portée par Lisa Feldman Barrett, un ensemble d’émotions n’est pas préprogrammé dans notre cerveau. Au lieu de cela, divers « ingrédients » sont traités par des réseaux cérébraux entiers pour « construire » des sentiments ressentis consciemment sur le moment.

Les ingrédients des émotions

Les ingrédients des émotions comprennent :

  • les sensations physiologiques que nous ressentons dans notre corps;
  • la situation dans laquelle nous sommes;
  • les gens avec qui nous sommes;
  • nos souvenirs et nos expériences personnelles;
  • le langage que nous avons appris pour décrire nos sentiments conscients.

La neuroscientifique Lisa Feldman Barrett déclare : « Une émotion est la création par votre cerveau de ce que signifient vos sensations corporelles, en relation avec ce qui se passe autour de vous dans le monde« .

Joseph LeDoux a proposé une théorie similaire de la construction des émotions, basée sur des décennies d’étude de la plus « primaire » des émotions : la peur. Il affirme que le sentiment conscient de peur est ce qui émerge lorsque certains types d' »ingrédients » non conscients se combinent et sont interprétés ou « remarqués » de manière cognitive.

« On dit souvent que des émotions comme la peur ont été héritées d’ancêtres animaux… La peur et l’anxiété ne sont pas biologiquement liées. Elles n’émanent pas d’un circuit cérébral de manière préétablie comme une expérience consciente pleinement formée« .

L’évolution a fait le plus gros du travail et nous possédons des circuits de détection des menaces à action rapide (y compris l’amygdale et l’hypothalamus). Mais l’apprentissage et la mémoire, la langue et la culture sont des ingrédients bruts supplémentaires qui sont également ajoutés au mélange pour créer des sentiments conscients de peur et d’anxiété.

Il n’existe pas de circuit câblé de « peur » dans le cerveau du lézard

Comme le souligne LeDoux, nous pouvons nous sentir menacés par une grande variété d’événements : les prédateurs, le manque de nourriture ou d’eau peuvent nous faire craindre la famine ou la déshydratation ; les températures extrêmement basses peuvent faire craindre la mort par hypothermie ; les diagnostics de cancer nous effraient tous ; les responsables de la santé publique avaient l’habitude de craindre une épidémie mondiale d’un virus contagieux, beaucoup d’entre nous s’inquiètent de l’instabilité politique, des pertes économiques, des abus sociaux et des préoccupations existentielles.

(Ce lézard doit être très évolué !)

Voici une explication utile si vous souhaitez en savoir plus sur la recherche sur la peur de LeDoux.
Nous étiquetons les émotions en fonction du contexte. Il semble bien que les émotions soient des expériences soudaines, subconscientes, qui se déploient automatiquement.

Mais si vous vous arrêtez pour y réfléchir attentivement, vous réaliserez combien de fois nous pouvons ressentir une émotion inappropriée ou mal attribuée simplement à cause de la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Par exemple, nous utilisons souvent l’expression « combat ou fuite » pour décrire l’activation du système nerveux sympathique (SNS), par laquelle la libération de noradrénaline par les terminaisons nerveuses et directement dans le sang augmente le rythme cardiaque et la respiration et dirige le sang vers les muscles des grandes jambes. (Et bien sûr, on dit souvent que le cerveau reptilien réagit et déclenche le « combat ou la fuite »).

Contrairement à la version romancée des événements, Mère Nature n’a pas développé le SNS exclusivement pour sauver les anciens hommes des cavernes des tigres à dents de sabre.

Le SNS a évolué pour répondre aux besoins énergétiques du corps humain face à toutes les menaces, défis et opportunités.

Imaginez un lion, une antilope et un athlète.
Le lion qui chasse l’antilope, l’antilope elle-même et l’athlète qui court une course de 400 m bénéficient tous de l’activation du SNS qui leur permet de courir rapidement et de relever leur défi particulier.

Mais à qui attribuons-nous la « peur » ?

Seulement à l’antilope, pas à l’athlète. Certainement pas au lion.

En fait, le même ingrédient physiologique (activation SNS) est impliqué, mais dans des contextes légèrement différents, ce qui nous amène à utiliser des mots « émotion » très différents pour décrire ce que le lion, l’antilope ou l’athlète peut ressentir.

Voyez comment nous savons intuitivement que le contexte est important.

Des mots pour des émotions dont vous ne saviez pas qu’elles existaient

Si vous êtes thérapeute ou coach, vous savez que la capacité à reconnaître et à développer le vocabulaire est nécessaire pour analyser et réfléchir aux schémas émotionnels.

Considérez les univers de sentiments capturés dans les mots suivants : fou, doux, méchant, misérable, malveillant, merveilleux, manipulé, manipulateur, incompris, espiègle, lunatique, mélodramatique, lunatique, mélancolique, joyeux, ému, morose ou maniaque ?

Dans cette liste, le cerveau ne contient pas de répertoire câblé prédéfini des émotions.

Ce sont tous des concepts que nous apprenons progressivement en grandissant.

Nous apprenons le vocabulaire approprié pour décrire comment nous nous sentons en rapport avec une situation ou un contexte social particulier.

Les petits enfants manquent de mots spécifiques pour décrire leurs émotions.

Ainsi, un enfant de 3 ans qui regarde un frère ou une sœur plus âgé manger une glace devant lui se sentira probablement très triste. Un enfant de 13 ans, avec ses dix ans d’expérience et un vocabulaire plus étendu, éprouverait peut-être une sorte de légère envie lorsqu’il réalisera que la glace a été offerte à son frère ou à sa sœur par un professeur pour avoir gagné un concours d’orthographe.

L’apprentissage de nouveaux mots d’émotion ne se limite pas à l’enfance.

Comme le souligne Barrett, il n’y avait pas de mot anglais pour désigner le sentiment de plaisir éprouvé devant le malheur d’autrui jusqu’à ce que les Allemands nous fassent don de « schadenfreude ».

Lorsque nous apprenons une nouvelle expression ou description, nous sommes plus susceptibles de reconnaître et de ressentir cette émotion à l’avenir. La « schadenfreude » n’est pas une émotion câblée déployée uniquement par les germanophones lorsqu’une personne qu’ils n’aiment pas se plante.

Tim Lomas, de l’université de Londres Est, a repris la notion d’apprentissage de nouveaux mots pour décrire les émotions à un niveau supérieur dans son projet de lexicographie positive. Il rassemble des mots d' »expériences émotionnelles précises qui sont négligées par la langue anglaise ».

Reconnaissez-vous ces expériences émotionnelles nuancées ?

Desbundar (portugais) – pour se débarrasser de ses inhibitions en s’amusant.

Gigil (tagalog) – l’irrésistible envie de pincer ou de serrer quelqu’un parce qu’il est aimé ou chéri.

Natsukashii (japonais) – une nostalgie du passé, avec le bonheur d’un bon souvenir, mais la tristesse de ne plus l’avoir.

Yuan bei (chinois) – un sentiment d’accomplissement complet et parfait.

Sukha (sanskrit) – un bonheur authentique et durable, indépendamment des circonstances.

Dr McKay utilise le mot néerlandais « melig » depuis des années après l’avoir appris de ses amis lors de vacances aux Pays-Bas. Il décrit ce délicieux état légèrement somnolent où tout est hilarant ou idiot et où l’on rit de tout.

Barrett et d’autres chercheurs ont rassemblé des preuves que si vous augmentez votre vocabulaire émotionnel ou votre « granularité émotionnelle », vous pouvez influencer vos futures expériences émotionnelles.

De cette façon, élargir votre vocabulaire émotionnel est un peu comme posséder un thésaurus de bien-être mental, qui vous donne un fort sentiment d’autorité sur les situations et les réactions que vous vivez.

Tout cela serait-il possible si le cerveau du lézard était aux commandes ?

Est-ce que cela a de l’importance ?

Nous ne sommes pas nés avec des émotions câblées et préemballées qui émergent d’un cerveau de lézard. Le cerveau humain n’est pas une série tripartite de complexes séparés. Nous ne sommes pas à la merci de notre cerveau de lézard lorsque nous sommes menacés.

Nous l’avons établi.

Mais est-ce important si nous utilisons une (mauvaise) analogie du fonctionnement du cerveau ?

Une éducatrice coach a récemment commenté l’Instagram de Dr McKay en disant que cela n’avait pas d’importance : « J’enseigne le concept de cerveau trinitaire à mes élèves en leur faisant remarquer que la théorie est dépassée et que les neurobiologistes ne peuvent pas s’entendre sur le point d’évolution et les frontières entre les « cerveaux. Cependant, pour les entraîneurs, c’est un concept facile à saisir et à comprendre« .

Dr McKay a répondu que personnellement, elle n’enseignerait pas un concept qui est complètement faux. A vrai dire moi non plus.

Et j’aime donner un peu plus de crédit à la capacité de mes étudiants à saisir les concepts de base des neurosciences !

Casario et collaborateurs posent la même question : « Est-il important que les psychologues aient une compréhension incorrecte de l’évolution neurale ? »

Et ils répondent à leur propre question par cette affirmation : « Nous sommes des scientifiques. Nous sommes censés nous intéresser aux véritables états du monde, même en l’absence de conséquences pratiques« .

Si vous êtes un scientifique, je suis sûr que vous êtes d’accord !

Si vous n’êtes pas un scientifique, mais que vous « utilisez » la science du cerveau pour expliquer le comportement, ou que vous employez la technique de la psychoéducation dans votre travail, ne vous laissez pas séduire (ni séduire les autres) par l’attrait de l’interprétation des neurosciences.

Surtout si cette explication est manifestement erronée et qu’elle prive votre client de son pouvoir émotionnel.

Mon problème avec l’analogie du cerveau reptilien est qu’elle implique que le comportement humain est d’abord et avant tout motivé par la peur.

Et que le cerveau reptilien a la capacité d’avoir une pensée calme et rationnelle.

Le modèle élude toute discussion sur l’énorme diversité des expériences émotionnelles dont nous sommes capables et qui nous touchent profondément : l’amour passionné, l’envie, le désir, l’émerveillement, le contentement, le chagrin, l’exaltation, la tendresse. Et il supprime tout sentiment d’agence que nous avons pour de nouvelles expériences émotionnelles à l’avenir.

Comme le souligne Barrett dans son livre, « Les humains ne sont pas à la merci de circuits émotionnels mythiques enfouis au plus profond des parties animales de notre cerveau hautement évolué : nous sommes les architectes de notre propre expérience. »

Lorsque vous apprenez aux gens comment les émotions sont créées à partir de divers « ingrédients », vous faites plus que communiquer, vous créez la réalité.

Vous enseignez des outils pour donner un sens aux sensations corporelles et comment agir sur elles, pour communiquer avec nuance ce qu’elles ressentent. C’est une compétence essentielle dans la vie !

Alternatives aux conversations sur le cerveau trinitaire

Au lieu de se contenter d’une conversation sur « le cerveau reptilien », voici quelques histoires ou explications correctes sur le plan neuroscientifique et de l’évolution.

Dans l’esprit du projet de lexicographie positive, si vous avez d’autres explications utiles sur le cerveau humain ou le comportement que vous utilisez (qui n’impliquent pas de reptiles), laissez un commentaire ci-dessous.

Anatomie du cerveau
Si vous décrivez l’anatomie du cerveau et que vous voulez distinguer l’amygdale de l’hypothalamus du tronc cérébral, je vous recommande d’utiliser cet outil en ligne d’anatomie cérébrale en 3D.

Que sont les émotions ?

« Les émotions sont composées d’ingrédients tels que vos sensations corporelles, vos expériences de vie et vos attentes, les personnes avec lesquelles vous êtes, la situation dans laquelle vous vous trouvez. Quels sont les ingrédients qui ont aidé à construire l’émotion que vous ressentez en ce moment ? »

« Nous sommes les architectes de notre pensée et de notre comportement, nous sommes aussi les architectes de nos émotions. »

Les émotions ne sont pas des réactions au monde.

Vous n’êtes pas un récepteur passif de données sensorielles, mais un constructeur actif de vos émotions. À partir de l’apport sensoriel et de l’expérience passée, votre cerveau construit un sens et prescrit une action.

« Vous pouvez pratiquer les émotions avant une situation en enseignant à votre cerveau la façon la plus utile de réagir dans une situation. Les acteurs font cela tout le temps. Les émotions qu’ils ressentent sur scène sont réelles parce qu’ils ont répété leur création. »

« L’inquiétude est de répéter une pensée encore et encore. Vous vous exercez à cette pensée, et avec la pratique, il devient plus facile de ressentir la pensée au fil du temps. Vous pouvez pratiquer des pensées et des émotions positives à la place. »

Régulation émotionnelle

« Tout comme un peintre apprend à voir les fines distinctions dans les couleurs, ou un connaisseur en vin développe sa palette pour expérimenter des goûts que les non-experts ne peuvent pas goûter, vous pouvez vous entraîner à nommer les émotions. Avec de la pratique, vous pouvez devenir un expert en matière de dénomination et de catégorisation des émotions. »

« Les émotions telles que la tristesse se déclinent dans de nombreuses nuances de bleu. Trouvons cinq mots pour décrire ce que vous ressentez aujourd’hui. »

Peur & réponses autonomes

Essayez de décortiquer les ingrédients de vos émotions, en particulier vos sensations corporelles. Par exemple, un cœur qui bat vite ne signifie pas nécessairement que votre cerveau a détecté une menace ou qu’il y a quelque chose à craindre. Peut-être que votre cœur bat plus vite parce que vous êtes excité ou que vous vous préparez à faire de l’exercice.

Si quelqu’un a peur d’une araignée, par exemple, demandez-lui de décrire l’araignée en utilisant autant de mots d’émotion que possible, par exemple : « L’araignée devant moi me dégoûte, m’énerve et me rend nerveux, mais elle est plutôt intrigante. »

Fin de l’article

Évidemment, la voie la plus simple à mon sens est le retournement. Et on peut le faire ensemble si vous le souhaitez. Récupérant ainsi l’énergie émotive, on retrouve lucidité et faculté de cocréer de manière claire, libre et éclairante.

Bonus : il existe aussi une façon simple et sensitive de re-créer ses émotions.

Il suffit de se mettre à l’écoute de ce que l’on ressent – sensitivement.

Il se passe alors un glissement de la perception qui permet de reprendre en main la capacité créatrice : à cet instant même où l’on porte attention aux ressentis, à ce qui nous traverse corps & âme, nous sommes ce qui observe – nous sommes dans la présence.

Et ça change toute la perspective.

En cela, s’éveillant à sa nature créatrice, les choses changent à la source même de notre aptitude innée à créer notre expérience de la réalité.

Car le mode présence amplifie les facultés de perception, d’inspiration et d’innovation.

Essayez ! Rdv dans l’app.

Si cette voie vous convient, continuez jusqu’à complète autonomie : la possibilité de recourir à ce niveau de perception à volonté, dans n’importe quelle situation de l’activité quotidienne.

Amæ, application disponible ici. Méditations/ Présence/ Énergie/ Inspiration/ Échauffement des aptitudes créatrices – et bien plus encore.

Texte d’audio seul (envoi courrier) : 35 € / 5 envois complets (envoi courrier) ou accès à vie en ligne : 132 €. Paiement possible en 10 fois 14€. 14 jours d’essai gratuit et tarif étudiant sur demande.

À compter du 1/12 : Calendrier de l’avent (accès gratuit) : 25 jours, 25 fois 4 min pour se réjouir des multiples saveurs du don de vivre.

Un nouvel audio chaque jour 365 fois 5 min dans l’app (accès payant) : en l’utilisant, traversez une année réenchantée au quotidien et arrivez à Noël dans un état d’âme propre à célébrer la renaissance des forces radieuses de votre nature. Et cette année plus aisément peut-être, les illuminations des rues feront-elles écho à celle, inaltérable, de votre cœur.

NB Chacun étant libre de ses croyances, nos audios sont conçus en dehors de toute religion.

Envie d’en parler ? C’est par ici.

anxiété, émotion, évolution, peur, cerveau reptilien, mythe, cerveau trinitaire, cocréation, livinglab

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − six =